Genève – Les autorités tunisiennes ne devraient pas répondre violemment suite à l’attaque du 24 novembre contre un bus de la garde présidentielle qui a fait 12 morts et 20 blessés, recommande l’Observatoire euro-méditerranéen pour les droits de l’Homme, Euro-Med.

   L’attaque ne doit pas avoir comme résultat une limitation des droits civils en Tunisie   

 « Une enquête doit être ouverte et les coupables doivent être poursuivis, mais l’attaque ne doit pas avoir comme résultat une limitation des droits civils en Tunisie », explique Sandra Owen, porte-parole d’Euro-Med. « La torture, les détentions arbitraires et les restrictions des libertés ne sont jamais justifiées, même dans le cadre de l’état d’urgence ».

Le porte-parole de la sécurité présidentielle tunisienne a affirmé, selon la presse, que « les restrictions des libertés civiles aident à lutter contre le terrorisme. La sécurité nationale est prioritaire sur les droits humains. » Or,  le Pacte international relatif aux droits civils et politiques énonce que de telles restrictions ne sont pas justifiées même lorsque l’état d’urgence est déclaré.

La loi anti-terrorisme tunisienne, adoptée plus tôt cette année, accorde aux forces de sécurité des pouvoirs étendus en matière de surveillance et de contrôle et ouvre la voie à des violations des droits humains.

 

   Les autorités tunisiennes doivent se concentrer sur la lute contre le terrorisme en ciblant seulement les personnes exposées par des preuves certaines   

Sandra Owen, porte-parole d’Euro-Med

 « Les autorités tunisiennes doivent se concentrer sur la lute contre le terrorisme en ciblant seulement les personnes exposées par des preuves certaines », affirme Sandra Owen. « Le peuple ne doit pas être celui qui subit les conséquences du terrorisme et qui voit ses libertés et ses droits limités. Il est très important que les autorités gouvernementales ne permettent pas que l’idée selon laquelle les violations des droits des citoyens sont possibles et admissibles se renforce, tel que ce fut le cas pour les Etats Unis suite aux attentats du 11 septembre 2001. »