Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a remis des notes aux ministres des affaires étrangères de 28 pays européens, les incitant à intervenir pour sauver la population de la bande de Gaza, au terme de l'exacerbation aiguë de la crise humanitaire de près de deux millions d'habitants.

   Les habitants de la bande de Gaza font face à une série des plus pires crises successives et simultanées depuis le début du siège israélien en 2006,   

 

Euro-Med s'est adressé dans ses notes aux ministres des affaires étrangères, avant la réunion du Conseil des affaires étrangères de l'Union européenne, le 17 Juillet, pour les exhorter de prêter plus d'attention à la situation critique qui ne peut être imaginée dans la bande de Gaza assiégée et qui subit toujours aux ravages de la guerre.

L'Observatoire a souligné que les habitants de la bande de Gaza font face à une série des plus pires crises successives et simultanées depuis le début du siège israélien en 2006, où tous les aspects de la vie risquent d'un effondrement inédit en raison des restrictions israéliennes continues sur le mouvement des marchandises commerciales et de la fermeture continuent des deux passages d'Errez et de Rafah face aux étudiants, aux patients et d'autres.

Il a également mis en évidence la crise du carburant, et la réduction des salaires des employés de l'Autorité palestinienne dans la bande de Gaza, estimé de 55 mille employés, au moment où ces crises humanitaires continuent d'affecter la vie des Palestiniens souffrant de la pauvreté.

Euro-Med a traité dans ses notes l'aggravation de la crise des coupures d'électricité dans la bande de Gaza, suite à l'arrêt de la seule centrale électrique, en Avril dernier, après l'augmentation des taxes sur la société de distribution d'électricité par l'Autorité palestinienne.

Les notes ont exposé que la cession du travail de la station est synchronisé à l'effondrement des lignes électriques égyptiennes, fournissant l'électricité aux villes de Rafah et Khan Younes dans le sud de la bande de Gaza, et à l'expiration de la subvention du carburant qatari. Il a également alerté de l'aggravation de la situation, après la décision de l'autorité palestinienne (avec un consentement israélien) visant à réduire 30% du paiement mensuel sur les transferts de carburant à Gaza.

Par conséquent, les habitants de Gaza reçoivent seulement quatre heures d'électricité par jour et parfois ne reçoivent que deux heures. L'Observatoire Euro-Méditerranéen avait publié à la fin du mois Juin, un document de position pour documenter les graves effets de ces crises, notamment sur le système de soins de santé peu développé à Gaza. L'Observatoire a déclaré qu'en raison des coupures d'électricité continues, de nombreux départements au sein des hôpitaux seront fermés partiellement ou complètement.

Il est aussi devenu impossible pour les usines de dessalement de fonctionner à pleine capacité, ce qui peut conduira à un manque d'accès à l'eau potable, à la propagation de la pollution de l'environnement et des maladies associées, comme il a documenté un taux élevé de manque de médicaments en raison des restrictions imposées à la circulation. Les notes de l'Observatoire comprenaient un récent rapport de l'UNRWA, dont il a confirmé que malgré l'aide humanitaire constante offert à la population de la bande de Gaza, le niveau de vie connaît toujours une importante baisse.

Selon le rapport de l'UNRWA publié ce mois-ci, les conditions de Gaza, y compris les taux élevés du chômage, de la pauvreté, de l'insécurité alimentaire et l'effondrement du système économique et des soins de santé, ne peuvent être modifiées après des années de siège suffocant.

L'Observatoire Euro-Méditerranéen a déclaré l'adoption du parlement de l'Union européenne en 2010, d'une résolution appelant à mettre fin immédiatement au siège imposé sur la bande de Gaza, soulignant qu'il n'a néanmoins exercé aucune pression sérieuse sur Israël ou sur les partis actives locaux, régionaux et internationaux dans le but de mettre en œuvre cette résolution.

Euro-Med a marqué que les droits des Palestiniens et la dignité de la vie ne peuvent jamais être une taxe de cet échec, dans la prise des mesures à cet égard, notant que les condamnations et les dénonciations ne servent pas l'objet d'assurer l'obtention des besoins quotidiens des droits des Palestiniens à Gaza.

Par conséquent, le président l'Observatoire Euro-Méditerranéen, Ramy Abdu, a revendiqué aux ministres des affaires étrangères européens pour inclure dans leur ordre du jour la discussion de la situation actuelle dans la bande de Gaza, de prendre des mesures immédiates avec leur pleine puissance, après cette étape, afin d'obtenir une aide d'urgence pour mettre fin à la crise de l'électricité de Gaza qui a un impact négatif sur tous les aspects de la vie.

   Euro-Med a traité dans ses notes l'aggravation de la crise des coupures d'électricité dans la bande de Gaza   

 

Abdu leur a également demandé d'assurer une intervention internationale, régionale, neutre et efficace pour parvenir à la sécurité d'une paix juste et durable, cette intervention devrait inclure le respect de l'Autorité palestinienne à ses responsabilités envers la bande de Gaza et la poursuite d'un véritable consensus national sur les opinions et les jugements.

Il a averti que, malgré les difficultés vécues par la population de Gaza, l'Autorité palestinienne a comploté en absence d'action sur la scène internationale, ce qui augmente l'isolement international des Palestiniens de Gaza. Par ailleurs, l'Autorité joue un rôle déterminant rendant la vie des Palestiniens à Gaza insupportable en leur imposant des sanctions politiques et financières injustes.

Abdu a insisté sur la nécessité de poursuivre la défense et la protection des droits des Palestiniens, particulièrement en matière des droits de sécurité, de dignité, de la liberté des mouvements à l'intérieur et à l'extérieur de la bande de Gaza pour les personnes, les marchandises, le carburant, la nourriture et les fournitures médicales.

Le Président de l'Observatoire Euro-Méditerranéen a incité aussi sur le respect des engagements internationaux visant à établir un État palestinien indépendant, souverain et viable, comme il est convenu dans les accords internationaux, et sur la nécessité de la levée complète du blocus imposé sur la bande de Gaza ainsi que de mettre fin à la séparation à long terme des Palestiniens là-bas.