Genève – L'Observateur Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a envoyé une lettre officielle, Mardi dernier, à l’eurodéputée Andrea Cozzolino, présidente de la délégation du Parlement européen pour les relations avec les pays du Maghreb, saluant sa déclaration concernant le conflit en cours en Libye, soulignant qu’il est de la plus haute importance pour le Parlement européen de jouer un rôle plus actif dans la consolidation de la paix dans le monde, particulièrement dans la région MENA voisine de l’Europe.

   Nous tenons à souligner l’urgence pour votre délégation d’appeler les pays étrangers intervenant en Libye à cesser immédiatement les opérations ou le soutien aux parties en conflit, en particulier les forces du maréchal Haftar autoproclamé   

Dans sa déclaration, Cozzolino a condamné " les dernières menaces proférées par le maréchal autoproclamé Haftar au sujet d'une attaque large et totale contre la capitale," et a affirmé la nécessité de "s’engager et soutenir une solution politique à la crise en Libye, par le biais d’un processus politique libyen."

Dans sa lettre à Cozzolino, Euro-Med a souligné qu’il fallait accorder autant d’importance et d’attention à la question "du rôle des puissances et mandataires étrangers dans la perpétuation d’un bain de sang en Libye."

La lettre d’Euro-Med a donné un exemple récent « Les enquêtes des Nations Unies ont estimé que le tragique et horrible bombardement de la détention de migrants au Tajoura, au centre-est de la capitale Tripoli, a été effectué par un avion de chasse d’un pays étranger, probablement des Émirats arabes unis, 53 personnes sont mortes et des centaines ont été blessées lors de cette attaque en juillet.»

Euro-Med a noté comment son équipe a observé des interventions similaires de la part des puissances régionales en Libye, qui n’ont fait qu’exacerber la situation et rendre la solution du conflit encore plus lointaine.

"Nous tenons à souligner l’urgence pour votre délégation d’appeler les pays étrangers intervenant en Libye à cesser immédiatement les opérations ou le soutien aux parties en conflit, en particulier les forces du maréchal Haftar autoproclamé," a recommandé Euro-Med à Cozzolino.

« Il est tout aussi important de souligner les mauvais traitements, l’humiliation et l’exploitation des réfugiés, des migrants et des demandeurs d’asile en Libye par différents groupes, y compris le Département de lutte contre les migrations illégales, le gouvernement des Accords nationaux, qui gère des centres officiels de détention des migrants, dont certains ont des conditions épouvantables », conclut la lettre.