Un incendie qui s'est déclenché dans un centre de détention de la capitale, Sanaa, et qui a été apparemment provoqué par les Houthis, a tué plusieurs migrants et en a blessé plusieurs autres, a déclaré l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme dans un communiqué, faisant part de sa vive préoccupation. 

Selon les informations recueillies par les sources de terrain d'Euro-Med Monitor, qui correspondent aux témoignages des survivants, des centaines d'immigrants de nationalités africaines du " Service de l'immigration, des passeports et des naturalisations " à Sanaa ont entamé une grève de la faim pour protester contre leur détention et les mauvais traitements. Les détenus ont protesté contre le paiement de fortes sommes d'argent, que la plupart d'entre eux ne peuvent pas payer, en échange de leur liberté.

Les sources ont déclaré que le dimanche 7 mars, des membres armés du groupe Houthi ont tenté de mettre fin à la grève des détenus de force, ce qui a conduit à des affrontements entre les deux parties. Ces forces ont échoué leur mission et se sont retirées en attendant l'arrivée de forces supplémentaires, dans l'état de grande panique et de chaos qui régnait.

Peu de temps après, des renforts supplémentaires sont arrivés sur place, et plusieurs hommes armés houthis se sont avancés vers le hangar, qui contenait environ 350 immigrants, et ont fermé toutes les portes. Ils ont ensuite commencé à tirer des engins par les fenêtres supérieures qui dégageaient une épaisse fumée. Selon les premières informations, cela a provoqué un grand incendie qui a tué plus de 16 migrants et blessé gravement environ 200 autres.

Le type d'engins utilisés par les Houthis n'est pas encore connu, mais le groupe porte l'entière responsabilité de l'incident, car ce sont ces engins qui ont provoqué l'incendie.

Les Houthis ont imposé un bouclage de sécurité strict sur le lieu, empêchant les familles des blessés de rendre visite à leurs enfants, et même les familles d'identifier les cadavres.

Les Houthis doivent fournir les soins médicaux nécessaires aux blessés, mettre fin à la détention arbitraire de milliers de migrants et fermer tous les centres de détention qui ne répondent pas aux exigences fondamentales d'une vie décente selon les normes internationales en vigueur.

Toutes les preuves disponibles indiquent qu'un crime horrible a eu lieu, au cours duquel des immigrants innocents ont été tués. Une enquête internationale impartiale et indépendante doit donc être ouverte sur l'incident afin de découvrir les détails du crime et de faire en sorte que les auteurs répondent de leurs actes conformément aux exigences de la justice.

Les Nations Unies devraient envoyer une équipe spéciale pour inspecter tous les centres de détention d'immigrants au Yémen, vérifier les conditions et le statut juridique des détenus, et contrôler toutes les procédures auxquelles sont soumis les migrants.