Genève - Israël a pris plusieurs mesures pour perturber les élections législatives palestiniennes à Jérusalem-Est, notamment en refusant jusqu'à présent d'approuver le processus électoral qui doit se dérouler dans la ville, a déclaré l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme dans un communiqué

   Alors qu'Israël tente maintenant d'empêcher ou de perturber le processus démocratique palestinien tant attendu, au cours des deux dernières années seulement, Israël a organisé quatre élections à la Knesset   

Anas Aljerjawi, directeur opérationnel d'Euro-Med Monitor

 

Les autorités israéliennes ont pris ces derniers jours des mesures concrètes qui traduisent des intentions claires d'entraver le processus électoral et de contrecarrer la participation des résidents et des candidats de Jérusalem-Est au processus électoral qui attend d'avoir lieu depuis plus d'une décennie.

 

Hier, les services de renseignement israéliens ont envoyé aux candidats Nasser Muhammad Musa Qas et Ghada Muhammad Sami Abu Rabei des convocations leur demandant de se présenter au centre du poste de police du Russian Compound. Les forces israéliennes ont arrêté Adel Abu Zneid (directeur du bureau de district du mouvement Fatah à Jérusalem) et Sami Abu Dayya (directeur de l'hôtel Ambassador à Sheikh Jarrah), et en ont convoqué d'autres pour leurs activités liées aux élections.

 

Les autorités israéliennes ont empêché la tenue d'une réunion consultative sur les élections, organisée par des institutions de la société civile à Jérusalem, en imposant un cordon de sécurité autour du lieu et en empêchant quiconque d'entrer dans l'hôtel.

 

Bien que la campagne électorale commence le 30 avril, les autorités israéliennes n'ont pas encore autorisé les Palestiniens de Jérusalem-Est à organiser une quelconque activité officielle ou populaire concernant les élections.

 

L'ensemble du processus électoral risque d'être bouleversé si Israël refuse de l'autoriser à se dérouler à Jérusalem-Est, d'autant plus que les Palestiniens ont officiellement l'intention de ne pas mener à bien le processus sans la participation des Palestiniens de Jérusalem.


Les Palestiniens de Jérusalem-Est bénéficient du même statut juridique que les Palestiniens du reste de la Cisjordanie et partagent donc le droit à l'autodétermination.

"Les mesures israéliennes visant à perturber les élections législatives palestiniennes dans la ville de Jérusalem font partie de la politique israélienne visant à abolir la présence palestinienne dans la ville et à imposer la souveraineté israélienne sur celle-ci, en violation des règles du droit international et des résolutions pertinentes des Nations unies", a déclaré Anas Aljerjawi, directeur opérationnel d'Euro-Med Monitor.

 

"Alors qu'Israël tente maintenant d'empêcher ou de perturber le processus démocratique palestinien tant attendu, au cours des deux dernières années seulement, Israël a organisé quatre élections à la Knesset", a ajouté Aljerjawi.

 

Israël a arrêté ou convoqué les députés actuels du Conseil législatif palestinien. De 2006 à aujourd'hui, Israël a arrêté environ 60 députés des régions de Cisjordanie et de Jérusalem, dont sept sont toujours en détention.

 

Dans la mesure où l'Union européenne (UE) a contribué ces dernières années à soutenir et à financer les travaux de la Commission électorale centrale palestinienne afin de préparer la tenue d'élections complètes, crédibles et transparentes, l'UE devrait intervenir pour faire pression sur Israël afin qu'il autorise la tenue d'élections à Jérusalem et qu'il arrête toute procédure qui conduirait à perturber les élections dans la ville.

 

La communauté internationale devrait exercer toutes les pressions possibles sur Israël pour que les élections législatives palestiniennes aient lieu dans tous les territoires occupés et que le droit des Palestiniens à la participation politique et à l'autodétermination soit protégé sans aucune restriction ni obstacle.