Genève -Les violences à l'encontre des Arabes en Israël sont en augmentation ces derniers temps, alors que la police a commis des abus répétés et négligés à l'encontre de cette minorité au cours des derniers jours, a déclaré aujourd'hui dans un communiqué l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme, exprimant sa vive préoccupation.

La semaine dernière, des villes israéliennes ont subi des violences contre des Arabes qui manifestaient et exprimaient leur colère suite aux attaques commises par la police et les citoyens israéliens contre des fidèles et des militants de la solidarité dans la mosquée Al-Aqsa et le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem.

Le 10 mai, la ville de Lod a été témoin de tirs aveugles par des groupes juifs armés sur l'une des manifestations de la ville, entraînant la mort du citoyen arabe Musa Hassouna et la blessure d'autres personnes.

Dans son témoignage à Euro-Med Monitor, Malik Hassouna, le père de la victime Musa Hassouna, 31 ans, a déclaré : "Le soir du 10 mai, mon fils Musa se trouvait près de l'une des manifestations pacifiques de la ville pour protester contre les attaques qui ont eu lieu dans la mosquée Al-Aqsa".

"Quatre juifs appartenant à un groupe appelé 'Noyau de la Torah' ont voyagé dans un véhicule et ont commencé à tirer à balles réelles sur les manifestants. Les balles ont touché le cœur de mon fils et l'ont tué sur le coup", a déclaré le père.

Après la fusillade, les familles des blessés ont essayé d'emmener leurs proches à l'hôpital Asaf Harofe, mais les forces de sécurité de l'hôpital ont lancé des grenades lacrymogènes sur eux pour les empêcher d'entrer.

Le lendemain, la police israélienne a attaqué les participants aux funérailles de Hassouna dans la ville de Lod ; elle a attaqué les personnes en deuil de manière très violente et a tiré des grenades assourdissantes, des grenades lacrymogènes et des balles réelles en l'air. Les funérailles ont été temporairement interrompues.

Le même jour, la police israélienne a agressé un citoyen arabe non armé à Haïfa alors qu'il se trouvait dans la rue principale, où les forces de police l'ont battu, frappé à coups de pied et arrêté sans aucune justification.

Le mercredi 12 mai, une vidéo a circulé sur les réseaux sociaux, qui a été vue par Euro-Med Monitor, montrant la police de la ville de Haïfa prenant d'assaut la maison du citoyen arabe Awad Mahamid. La vidéo témoigne du traitement brutal des forces de police envers les résidents de la maison, au milieu des cris des femmes et des enfants. Les forces ont attaqué les hommes avec des bâtons et des mains sous les yeux de leurs enfants.

Le jour même, un groupe de Juifs a pris d'assaut le quartier de Wadi al-Jamal à Haïfa avec des motos et des voitures, et a tiré des balles réelles, des bombes sonores et des gaz lacrymogènes sur des endroits peuplés d'Arabes. Ils ont également attaqué violemment des manifestants arabes à Wadi Nisnas, rue Jaffa et Abbas afin de les disperser.

Jaffa a également connu une série d'attaques contre des Arabes résidant dans la ville ce jour-là. La police israélienne a tiré sur le citoyen arabe Ibrahim Suri au visage alors qu'il filmait les attaques de la police depuis son balcon.

Dans le village de Kafr Manda, dans la ville de Galilée, un jeune homme de 23 ans a été modérément blessé après avoir été poignardé par des groupes juifs près du rond-point de Hamovil. Il a été transféré par une équipe médicale à l'hôpital de Buria pour recevoir les soins nécessaires.

La ville de Nazareth a également été victime d'agressions et d'arrestations contre des citoyens arabes. La police israélienne a effectué une descente dans la maison de la famille Abbas dans le quartier Al-Safafra et a attaqué et arrêté un jeune homme d'une vingtaine d'années. La police a également violemment attaqué et arrêté de nombreux participants aux manifestations qui ont eu lieu dans la ville.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait rassuré plusieurs gardes-frontières lors de sa réunion avec eux, jeudi 13 mai, en leur disant qu'ils ne feraient pas l'objet de comités d'enquête s'ils violaient la loi.

"Le calme et la sécurité doivent être rétablis pour les résidents d'Israël. Vous avez tout le soutien nécessaire pour vous protéger, n'ayez pas peur des comités d'enquête", a-t-il déclaré.

Toutes les attaques menées par des groupes israéliens contre les Arabes se sont déroulées sous la protection de la police israélienne. Le tribunal israélien de la ville de Lod a libéré quatre Israéliens soupçonnés d'être impliqués dans le meurtre de Musa Hassouna, sans aucune condition ni restriction.

Les autorités israéliennes doivent mettre fin à la violence et aux attaques contre les Arabes résidant en Israël, permettre aux Arabes d'exprimer leurs opinions pacifiquement et les exhorter à tenir pour responsables tous les Israéliens impliqués dans ces attaques et à leur infliger des peines sévères.