Genève - Le ciblage des réseaux de communication et d'Internet par les forces israéliennes dans la bande de Gaza au cours de leur attaque militaire continue pour le neuvième jour est tout à fait inquiétant, a déclaré aujourd'hui l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme dans un communiqué.

Les violents bombardements israéliens ont gravement endommagé et détruit les réseaux, les équipements et les dispositifs indispensables à de nombreuses sociétés de communication et d'Internet, qui opéraient dans des bâtiments injustement visés.

Les attaques ont également pris pour cible des dizaines de rues, endommageant les poteaux électriques qui transportent les fils fournissant des services Internet et des services de communication.

Une grande partie de la population a ainsi été privée de services Internet et de communication.

L'utilisation d'une force excessive contre les biens et les citoyens civils laisse présager des conséquences inimaginables pour les habitants de la bande de Gaza, compte tenu des pertes humaines et matérielles considérables qui ont été délibérément infligées.

Euro-Med Monitor a interviewé Khaled Al-Jamal, responsable du département commercial de la Solution Management Technology Corp à Gaza, qui est une société spécialisée dans les technologies de l'information. La société SMT fournit des services Internet rapides (Internet par fibre optique). Al-Jamal a déclaré que l'entreprise a été complètement détruite après le ciblage par les avions de guerre israéliens de la tour Al-Jawhara le 12 mai.

Le bâtiment contenait les équipements essentiels de la société, ajoute-t-il, précisant que les pertes initiales sont estimées à 2 millions de dollars suite aux dommages irréparables subis par tous les équipements et appareils.

Al-Jamal a déclaré que cela a entraîné une rupture totale du service fourni à des milliers de clients qui dépendent crucialement de nos services, tels que les chaînes satellites, les agences de presse internationales et locales, et certains hôpitaux.

"De nombreuses agences de presse internationales et chaînes satellitaires ont été affectées par le ciblage de l'entreprise, puisqu'elles dépendent principalement du service Internet par fibre optique pour transmettre des informations et diffuser directement les événements en cours dans la bande de Gaza", a précisé le responsable.

" La poursuite du ciblage des bâtiments commerciaux qui abritent des sociétés de services Internet affectera grandement la capacité de ces sociétés à poursuivre leur travail à la lumière des bombardements continus des rues et des quartiers résidentiels, qui ont infligé de graves dommages aux fils et câbles qui relient le service à des quartiers entiers ", a souligné Al-Jamal.

Il a poursuivi : " Le réel problème consiste en la complexité des mesures imposées par les autorités israéliennes avant de nous permettre d'importer des fils de fibre optique sous prétexte qu'il s'agit de biens à double usage. Nous demandons une autorisation et nous attendons des semaines et des mois pour que l'approbation arrive, ce qui signifie la poursuite de l'interruption du service pour une période inconnue à cause des mesures compliquées imposées par Israël".

L'équipe d'Euro-Med Monitor a interviewé plusieurs journalistes indépendants travaillant pour des organismes locaux et internationaux. Ils ont mentionné la perturbation de leur travail en raison de la suspension des services Internet.

Le journaliste Mustafa Jihad a déclaré qu'il travaillait comme reporter pour plusieurs sites d'information internationaux, mais qu'il a perdu la possibilité de communiquer avec ses employeurs après que l'aviation israélienne ait détruit la tour Al-Jalaa à l'ouest de Gaza samedi dernier.

Jihad a ajouté qu'il a dû se déplacer chez un ami disposant encore d'Internet. Il s'est toutefois dit préoccupé par l'interruption du service à tout moment du fait qu'Israël continue de viser les tours qui contiennent la plupart des équipements de réseau et de communication.

La société de services Internet et de communication Fusion a annoncé dans un communiqué consulté par Euro-Med Monitor que le bombardement qui a visé la tour Al-Jawhara mercredi dernier a laissé des milliers de personnes à Gaza sans Internet, en raison des importants dégâts qu'il a causés et de la destruction de tous les équipements Internet qui se trouvaient dans le bâtiment.

En outre, les lignes de communications terrestres et cellulaires subissent des dommages de plus en plus importants en raison des attaques israéliennes. Ceci s'inscrit dans le cadre de l'isolement des Gazaouis du monde extérieur et de l'imposition d'un black-out médiatique.

Les attaques israéliennes sur la bande de Gaza laissent présager une catastrophe humanitaire qui a commencé à affecter tous les aspects fondamentaux de la vie.

Israël inflige délibérément des pertes matérielles lourdes et directes aux services de base, notamment l'Internet et les services de communication.

L'objectif non avoué de ces attaques est d'empêcher les chaînes satellitaires et les médias de rendre compte des événements, ou d'affecter leur couverture des attaques contre les civils qui ont lieu dans la bande de Gaza.

Les autorités israéliennes doivent cesser toutes les attaques contre les communautés résidentielles et les biens civils qui comprennent des tours et des entreprises commerciales, étant donné que le droit international humanitaire reconnaît la protection complète et spéciale de ces biens et criminalise ces attaques qui, dans l'ensemble, constituent des crimes de guerre qui nécessitent une responsabilité pénale.

La communauté internationale, sous la direction de l'Assemblée générale des Nations unies, du Conseil de sécurité et de l'Union Européenne, doit assumer ses responsabilités juridiques et morales face à l'escalade des violations injustifiées contre les civils et faire pression sur Israël pour qu'il mette fin à l'attaque militaire contre Gaza.