Genève - Les forces russes et syriennes ont intensifié leurs attaques aériennes et d'artillerie sur la région d'Idlib, faisant plusieurs victimes civiles dans les villes et villages de Jabal Al-Zawiya hier, a déclaré aujourd'hui l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme dans un communiqué.

Les forces russes et syriennes ont mené des attaques aériennes et d'artillerie simultanées visant plusieurs villes et villages de la région de Jabal al-Zawiya, au sud d'Idlib, tuant au moins cinq civils, dont un enfant et une femme, et en blessant d'autres. Plusieurs dirigeants de Tahrir al-Sham, la faction armée la plus influente à Idlib, ont également été tués.

Euro-Med Monitor a pu obtenir certains noms des personnes décédées : Muhammad Abdul Hamid Al-Assi, Walid Sobhi Al-Assi, Abdullah Abdul-Qader Al-Assi et Walid Samih Harmoush. Quatre autres personnes ont été tuées mais ne sont toujours pas identifiées.

H.N, un résident de la ville d'Ablin, a déclaré à Euro-Med Monitor : "Vers 10 heures du matin, nous avons entendu le bruit de fortes explosions qui ont secoué la ville, précédées par des vols intenses d'avions de guerre [au-dessus de la zone]. Tout est arrivé si vite, et il n'y a pas eu d'affrontements ou d'opérations militaires avant les explosions. Je me suis précipité avec un groupe de personnes vers l'une des zones touchées par le bombardement pour trouver quatre corps entièrement brûlés à l'intérieur d'un véhicule incendié. Il y avait plusieurs blessés que les équipes de la défense civile ont transférés dans les hôpitaux dès leur arrivée sur place".

Des dizaines de familles ont dû fuir la zone en raison de l'intensité des bombardements. Certaines familles étaient retournées chez elles pour récolter les cultures, dont elles dépendent pour assurer leur subsistance.

Le gouvernorat d'Idlib et sa campagne ne peuvent tolérer de nouvelles vagues de déplacements. Des milliers de civils ont déjà été déplacés en raison des opérations militaires précédentes, d'autant plus que la sécurité dans leurs zones d'origine et les plans de reconstruction font défaut.

Les forces russes et syriennes doivent respecter les principes du Droit international humanitaire dans leurs opérations, notamment la distinction et la proportionnalité. Il ne faut pas négliger la possibilité de faire des victimes civiles lorsqu'on vise des combattants ou des installations militaires, et il faut veiller tout particulièrement à éviter de prendre pour cible des civils et des installations civiles lors des opérations militaires.

La violente campagne de bombardements a également touché les villages et villes de Kafr Awaid, Qaqafin, Al Mozara, Al Kinda et Al Haluba, ainsi que les environs de Majdlia, dans la campagne sud d'Idlib. En outre, les tirs d'artillerie se sont concentrés sur les villages de Sufuhun, Al-Bara et San.

Depuis le début de cette année, les équipes de défense civile ont répondu à plus de 420 attaques lancées par les forces russes et syriennes, qui ont causé la mort d'au moins 53 civils, dont 10 enfants et neuf femmes, et blessé environ 136 civils.

Cette semaine, les villes et villages de Jabal al-Zawiya ont connu une augmentation significative des bombardements aériens et d'artillerie, qui ont tué 12 personnes et en ont blessé plus de 20 autres.

Les zones frontalières dans la campagne d'Idlib, Hama et Lattaquié sont témoins de violations quotidiennes par les forces syriennes, qui ciblent de manière répétée les maisons des civils, les terres agricoles, les installations vitales et les sites militaires des factions armées.

Le directeur opérationnel d'Euro-Med Monitor, Anas Aljerjawi, a mis en garde contre l'escalade des attaques des forces russes et syriennes contre les zones civiles à Idlib. "L'escalade doit être contenue avant d'atteindre des niveaux dangereux", a déclaré Aljerjawi.

"Les récentes attaques menacent grandement l'accord de cessez-le-feu à Idlib que la Turquie et la Russie ont conclu il y a plus d'un an. Ce que ces attaques pourraient faire à la situation humanitaire déjà détériorée de centaines de milliers de civils vivant dans la région est très préoccupant".

Les forces russes et syriennes doivent immédiatement cesser leurs attaques contre les zones résidentielles d'Idlib et de sa campagne, respecter le cessez-le-feu et abandonner leur politique de ciblage des civils et des installations civiles.

La communauté internationale doit également agir de toute urgence pour mettre fin aux attaques indiscriminées contre des civils et des zones sans avantages militaires, ouvrir une enquête urgente sur les horribles meurtres commis par les forces russes et syriennes, et demander des comptes à toutes les personnes impliquées dans ces attaques injustifiées.