Le mois de juin n'a guère été différent des mois précédents en ce qui concerne les violations des droits de l'homme dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.

 

Les zones de conflit en Syrie et au Yémen ont été témoins de violations à grande échelle contre les civils. Au Yémen, de nombreux civils sont morts lors du bombardement par le groupe houthi de zones résidentielles à Marib. Le régime syrien et les forces russes ont intensifié leurs bombardements des quartiers résidentiels au sud d'Idlib. Dans les territoires palestiniens, les démolitions israéliennes de propriétés palestiniennes se sont poursuivies à Jérusalem, sur fond de protestations contre le meurtre du dissident palestinien Nizar Banat à Hébron après son arrestation par les services de sécurité de l'Autorité palestinienne.

 

Néanmoins, malgré les violations continues, il est crucial de reconnaître les petits pas qui - à long terme - apporteront des améliorations considérables vers la fin des infractions et la réparation des victimes. En juin, notre équipe a travaillé aux côtés d'organisations partenaires pour apporter un réel changement dans la cessation des violations et des attaques contre les libertés fondamentales, tant dans la région MENA qu'en Europe. Aujourd'hui, à notre grande joie, nous pouvons annoncer quelques grandes nouvelles concernant ces réalisations.

 

Arabie Saoudite

Le 27 juin, les autorités saoudiennes ont libéré deux militants, Samar Badawi et Nassima Al-Sadah, après trois ans de détention arbitraire en raison de leur militantisme en faveur des droits humains.

 

Dans le cadre d'une campagne de pression et de plaidoyer qui s'est déroulée au fil des ans, les organisations internationales et de défense des droits de l'homme, dont Euro-Med Monitor, n'ont cessé de faire la lumière sur la détention des prisonniers de conscience et des femmes défenseurs des droits de l'homme au Royaume d'Arabie Saoudite. Nous avons exhorté les autorités saoudiennes à abolir les condamnations arbitraires prononcées contre tous les militants des droits de l'homme et les prisonniers de conscience et à cesser d'utiliser et de politiser le système judiciaire pour punir les militants, les dissidents et les défenseurs des droits de l'homme.

 

En avril 2020, Euro-Med Monitor a également lancé une pétition signée par des membres du Parlement européen, demandant la fin des violations commises par les autorités saoudiennes à l'encontre des femmes du Royaume. En partenariat avec d'autres organisations de défense des droits de l'homme, Euro-Med Monitor a lancé plusieurs pétitions ciblant les athlètes masculins et féminins participant à des événements sportifs en Arabie saoudite afin de faire pression sur les autorités pour qu'elles libèrent les prisonniers de conscience dans le Royaume.

 

Détails

 

Grèce

Après avoir initialement annoncé qu'elles ne vaccineraient pas les réfugiés contre le Coronavirus, les autorités grecques ont déclaré le 2 juin qu'elles commenceraient à mettre en œuvre une campagne de vaccination dans les camps de réfugiés sur les îles de Lesbos, Samos et Chios.

 

Euro-Med Monitor avait adressé une lettre aux autorités grecques en mars dernier afin qu'elles incluent les demandeurs d'asile dans leur plan national de vaccination contre le Coronavirus et qu'elles s'assurent qu'ils obtiennent tous leurs droits.

 

Communiqué de presse

 

Allemagne

Le 1er juin, un tribunal de district de Berlin a statué qu'il était illégal pour les autorités allemandes de vérifier les téléphones des demandeurs d'asile lorsqu'ils soumettent leurs demandes d'asile après qu'un groupe de demandeurs d'asile ait poursuivi les autorités allemandes pour cette mesure invasive.

 

En février dernier, Euro-Med Monitor a soulevé des inquiétudes relatives à la fouille par les autorités allemandes de téléphones portables appartenant à des demandeurs d'asile sans leur consentement, sous prétexte de vérifier des données personnelles.

 

Euro-Med Monitor s'est adressé aux autorités compétentes en Allemagne pour qu'elles mettent immédiatement fin à cette procédure, qu'elles permettent aux demandeurs d'asile d'accéder aux mécanismes juridiques nécessaires pour obtenir réparation et qu'elles respectent pleinement le droit national et international concernant le droit à la vie privée, l'autodétermination informationnelle, la confidentialité et l'intégrité des informations.

 

Communiqué de presse

 

France

Le 24 juin, la France a reçu 43 migrants en provenance de Grèce, dont plusieurs mineurs avec leur famille, dans le cadre du programme de réinstallation visant à alléger la charge des réfugiés en Grèce et à soutenir les groupes de réfugiés les plus vulnérables.

 

Euro-Med Monitor s'est associé à d'autres organisations de défense des droits de l'homme et s'est adressé aux pays de l'Union européenne après qu'un horrible incendie ait éclaté à la Moria en septembre dernier pour mettre en lumière les conditions difficiles dans les camps, notamment en Grèce. Euro-Med Monitor a appelé les autorités à travailler pour améliorer les conditions des demandeurs d'asile, en particulier dans les camps surpeuplés, afin d'accueillir plus de réfugiés et d'alléger leur fardeau.

 

Communiqué de presse

 

 

Bande de Gaza

Le 28 juin, les autorités israéliennes ont annoncé que le trafic postal à destination et en provenance de la bande de Gaza pouvait reprendre après sa suspension depuis l'offensive militaire sur la bande en mai 2021.

 

Le 16 juin, Euro-Med Monitor s'est adressé à l'Union Postale Universelle pour faire pression sur Israël afin qu'il reprenne de toute urgence le mouvement du courrier de et vers la bande de Gaza, car cela représente une grave violation des droits des citoyens de la bande et un empiètement arbitraire sur leurs moyens de subsistance et leur vie familiale.

 

Communiqué de presse

 

 

Oman

Le 3 juin, les autorités omanaises ont libéré des dizaines de manifestants arrêtés lors de manifestations dans la région de Sohar à la fin du mois de mai.

 

Le mois dernier, Euro-Med Monitor a exhorté les autorités omanaises à libérer immédiatement les manifestants emprisonnés, à respecter le droit des individus à manifester pacifiquement et à ne pas utiliser d'outils violents pour disperser les manifestations.