Depuis des décennies, les violations des droits de l'homme ont continué à sévir au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, notamment avec l'expansion des conflits armés et la répression constante des voix des activistes, des politiciens, des journalistes et autres. Cependant, malgré la sombre réalité des droits de l'homme dans la région, il est crucial de reconnaître les petits pas qui, à long terme, apporteront des améliorations considérables en vue de mettre fin aux violations et d'obtenir réparation pour les victimes.

En décembre, notre équipe a travaillé aux côtés d'organisations partenaires et de dizaines d'organisations régionales et internationales pour apporter un réel changement à cet égard en parlant aux décideurs des pratiques et méthodologies qui devraient être abordées, réformées ou complètement arrêtées. Nous avons également exploité le pouvoir des médias sociaux pour faire participer virtuellement le public à des questions qui touchent à ses droits et à sa dignité humaine.

Parmi les résultats les plus importants de ces efforts:

  • Syrie

Le 8 décembre, les États-Unis ont imposé des sanctions à cinq officiers membres des forces du régime syrien. Deux d'entre eux sont accusés d'avoir mené des attaques chimiques contre des civils, tandis que les autres sont de hauts responsables de la sécurité et du renseignement. Il s'agit de Tawfiq Muhammad Khaddour et Muhammad Yusef al-Husari, Adeeb Nimr Salama, Qahtan Khalil et Kamal Al-Hussein.

Depuis le début du conflit en Syrie, les organisations de défense des droits de l'homme ont intensifié leurs campagnes de lobbying et de plaidoyer, appelant à des sanctions urgentes contre toutes les personnes impliquées dans les violations généralisées des droits de l'homme.

  • L'Union Européenne

Le 13 décembre, l'Union européenne a approuvé la sanction du groupe paramilitaire russe, Wagner, ainsi que de huit personnes et trois entreprises qui lui sont associées pour ses violations des droits de l'homme.

L'année dernière, Euro-Med Monitor a publié un rapport faisant référence au rôle de Wagner dans la pose de grandes quantités de mines dans la ville de Syrte et sur les routes qui y mènent depuis le sud et l'ouest, appelant à la responsabilité internationale des personnes impliquées, y compris les parties et les pays qui les soutiennent.

Déclaration

  • Danemark

Le Parlement danois a révoqué le statut de membre de l'ancienne ministre de l'immigration, Inger Stojberg, après qu'elle ait ordonné la séparation de jeunes couples de demandeurs d'asile, en violation de la loi, pendant son mandat. Euro-Med Monitor a condamné les déclarations de la députée sur les réfugiés syriens dans le pays et a appelé les autorités danoises à mettre fin au discours de haine croissant contre les étrangers.

  • Egypte

Le 23 décembre, les autorités ont libéré Sana Seif après qu'elle ait passé 18 mois en prison pour avoir insulté l'officier de police qui l'avait agressée physiquement et verbalement, elle, sa sœur et sa mère.

Le 8 décembre, les autorités ont libéré le chercheur et militant des droits humains Patrick Zaki, qui avait été arrêté l'année dernière à son retour d'Italie en Égypte, en attendant la reprise de son procès pour " diffusion de fausses informations ".

À la fin du même mois, le ministère public a décidé de libérer la fille de Youssef Al-Qaradawi, Ola Al-Qaradawi, après plus de nos années de détention provisoire, au motif d'avoir rejoint et financé les Frères musulmans, qui sont interdits en Égypte depuis 2013.

  • Libye

Le 30 décembre, un groupe inconnu a libéré le journaliste libyen Siraj Al-Maqsabi, qui avait été enlevé le 22 novembre sur son lieu de travail dans la ville de Benghazi, dans l'est du pays. Les forces de sécurité sous l'autorité de Khalifa Haftar n'ont pas pris de mesures concernant cet incident.

Euro-Med Monitor et ses partenaires avaient appelé les autorités libyennes à cesser de poursuivre les journalistes et les militants de la société civile dans tout le pays, à cesser d'entraver leur travail et de les empêcher d'exercer leur droit d'exprimer leurs opinions, et à fournir un environnement sûr pour le travail journalistique.