Plus de 4,500 violations des droits humains ont été commises en moins d’un mois par le mouvement Ansar Allah (Houthis) à Sanaa, la capitale yéménite, selon un nouveau rapport.

Ce rapport, publié par Euro-Mid Observer for Human Rights, une organisation à but non lucratif basée à Genève, regroupe les résultats d’un travaild’enquête sur le terrainmené par notre équipe à Sanaa du 16 septembre au 10 octobre. Le rapport constate que les unités de l'armée yéménite ont également commis des violations mais que les violations les plus graves sont imputées aux milices Houthis.

Euro-Mid a relevé un total de 4,531 violations, la plupart commises dans les régions du nord et de l'ouest du pays. Parmi les incidents répertoriés par l’équipe de recherche figurent de nombreux assauts contre des maisons et des institutions appartenant à des opposants de Houthis et des intrusions au sein de bureaux du parti Islah, en représailles de son rapprochement avec l’armée.

« Des atrocités ont été commises par toutes les parties au conflit, y compris le gouvernement yéménite et l’armée régulière » a dit Bassam Saleh, conseiller juridique d’Euro-Mid. « Pourtant, les actions les plus violentes sont le fait des Houthis».

Depuis le début del'invasion arméede Sanaa, 733 personnes ont été tuées, dont 652 personnes tuées dès la première semaine des affrontements. En outre, environ 930 personnes ont été blessées et de nombreuses autres sont portées disparues.

Des soldats blessés ont été tués par les forces Houthis alors qu’ils étaient soignés à l’hopital de Sanaa. De même, des témoins oculaires ont déclaré qu’après la prise de contrôle de Sanaa par les Houthis, ces derniers ont procédé à l’enlèvement d’un milliers de personnes dont des dirigeants militaires et politiques, des militants des droits humains et des journalistes. La plupart des personnes enlevées ont été transférées dans des prisons à Sanaa ou dans les provinces de Saada et Omran.

Euro-Mid a aussi documenté 50 attaques contre des propriétéset institutions publiques qui ont été ou sont toujours occupées par les forces Houthis ; certains bureaux sont contrôlés par les représentants du groupe en échange d’éradiquer la présence de militants. Par ailleurs, Euro-Mid a répertorié 439 cas où des Houthis ont attaqué, pillé des maisons et d'autres propriétés, endommageant les bâtiments et volant argent, bijoux, meubles, véhicules et armes personnelles.

Les journalistes, les travailleurs associatifs, les enseignants et les professionnels de santé n’ont pas non plus  été épargnés; Euro-Mid a documenté 66 cas de violations contre des agences internationales et des médias locaux. L'organisation a reçu des plaintes de 37 journalistes et professionnels des médias qui rapportent avoir été bombardés et soumis à des violences physiques, des vols à main armée et des emprisonnements.

L’enquête a également constaté 22 cas de violations contre des institutions de la société civile, dont une association pour personnes handicapées au nord-ouest de Sanaa. Egalement, 33 attaques contre des bureaux des partis politiques, tels que le siège du Parti socialiste yéménite, ont été documentées. Enfin, 12 établissements de santé et 37 écoles privées ont été transformés en casernes, privant les élèves de cours pendant 10 jours.