Genève - Le rapport des Nations Unies condamnant les attaques contre les écoles de l’ONU par Israël durant son opération « Bordure protectrice » contre la bande de Gaza, de juillet à août 2014, doit être suivi d’effet et donner lieu à des sanctions contre les responsables, affirme l’Observatoire Euro-Mid pour les droits de l’Homme.

Pendant l’attaque, qui avait duré 50 jours, Israël avait ciblé des écoles de l’ONU tuant au moins 44 Palestiniens et en blessant 227 autres, lesquels avaient pu trouver refuge dans ces établissements après que leurs maisons avaient été ciblées ou touchées par les bombardements.

Suite à cette opération, Euro-Mid avait mené une enquête qui avaient recueilli 432 témoignages de personnes qui avaient affirmé, dans la plus part des cas, ne pas avoir vu des rockets tirées ou tout autre actions conduites par les groupes palestiniens armés dans ces zones, contrairement aux allégations de l’armée israélienne.

“Des mesures concrètes doivent être prises pour mettre fin aux violations du droit international par les autorités israéliennes. Israël doit être inscrite dans la « liste de la honte » pour avoir délibérément visé des zones densément peuplées ainsi que des bâtiments de l’ONU dans la bande de Gaza », a déclaré Ramy Abdu, Président d’Euro-Mid.

Ramy Abdu a rappelé que le Conseil de Sécurité a depuis longtemps adopté une résolution exigeant que les pays ayant commis de tels crimes - attaques délibérées en particulier contre des écoles et des hôpitaux - soient sanctionnés.

“Aujourd’hui, il est très difficile pour les Nations Unies de se conformer à leurs propres principes. L’absence de prise de décision sérieuse contre Israël, malgré les rapports d’enquête qui seront soumis par un comité désigné par les Nations Unies en juin, n’aide pas à rétablir la justice pour les Palestiniens », a ajouté Ramy Abdu.

Il a ensuite conclu qu’“Israël doit être tenu pour responsable pour tous les crimes qu’il a commis pour que le sérieux des enquêtes réalisées ou en cours de réalisation puisse être avéré». Il a également appelé l’Autorité Palestinienne à utiliser les résultats de ces enquêtes pour poursuivre Israël pour les crimes commis durant la guerre de Gaza.  « Les Nations Unies ont une responsabilité morale et légale pour réparer les injustices subies par le peuple palestinien et restaurer ses droits ».